Une fois n’est pas coutume, me voici avec un livre entre les mains qui ne m’a pas enchantée quand on me l’a offert et plus particulièrement quand le : « Tiens cadeau ! » était accompagné d’un sourire qui voulait dire « t’as vu le super livre que je t’offre » … m’ouais, ce n’était pas mon avis en tout cas.
Alors je vous vois venir chers lecteurs, vous devez vous dire : « pourquoi nous en parler alors ? » et bien parce que comme la plupart du temps, j’arrive avec des à priori qui, bien évidemment, s’envolent quand je décide de faire preuve de bonne foi et que j’envoie valser les idées reçues qui envahissent mon petit cerveau.

La preuve est là, je vous en parle aujourd’hui parce que je suis tombée de très haut après l’avoir lu. Ce livre mérite vraiment que vous lisiez ce qu’on a à en dire, pour ensuite, vous faire votre propre avis.

 

L’auteur :
Amr Khaled est un grand prédicateur musulman de nationalité égyptienne. Il a été élu en 2006 par le New York Times « prédicateur musulman le plus influent et le plus célèbre du monde ».
Son terrain : En grande majorité la télévision où il fut programmé pour aborder des thèmes plus ou moins différents, et dans lesquels il cible les musulmans de classe moyenne de 15 à 35 ans.

 

Le livre :  La purification des cœurs

Alors je suis sûre que vous voulez savoir pourquoi il ne m’a pas plu au départ ? Si si, vous voulez savoir ça se voit 🙂
Tout d’abord, la couverture ! Qui a dit qu’on ne devait pas juger un livre à sa couverture ? Pas moi en tout cas.
A peine le livre devant moi que cette grande photo de l’auteur te saute dessus . On ne voit que lui, on ne se focalise que sur ça.
Ma première remarque fut : « C’est pas lui qu’on trouve sur Youtube parfois ? » si si, c’est bien lui, et c’est justement à cause de cela que je n’ai pas eu envie de lire le livre. J’avais l’idée que ce prédicateur avait juste envie de se faire un coup de pub supplémentaire en sortant un livre qui ne faisait que répéter ce que ses émissions de télé devaient déjà contenir. Une façon de surfer sur la vague du succès en ajoutant des articles ici et là à vendre.
Quelques mois après l’avoir laissé prendre la poussière, je me décide à le lire histoire de savoir qui est vraiment ce personnage et là, c’est le drame !  Grosse claque comme j’aime en recevoir quand je suis agréablement surprise, autant vous dire que le coup de cœur était de mise.

Ce livre est issu d’une série de conférences données par Amr Khaled depuis plusieurs années dans la mosquée du cheykh Mahmoud Khalîl El Hoçari au Caire. Je ne sais pas si c’est le fait qu’avant d’être un livre, ce projet était d’abord sous forme de conférences, mais l’émotion qu’on retrouve à chaque page est bien là !
Nous lisons un livre qui nous touche profondément, car l’auteur nous fait part de ses propres sentiments au fur et à mesure de l’écriture.

 

A chaque moment, il se remémore les souvenirs qu’il a lui même vécus durant ces années, de l’atmosphère qui y régnait, ça donne toute sa beauté à son écriture. Pour vous dire, il va même jusqu’à nous décrire les visages des gens qu’il avait en face de lui afin de nous mettre en situation.

Cette introduction était nécessaire pour que nous puissions enfin entrer dans le vif du sujet.
La purification des cœurs est un livre qui comme son nom l’indique, se penche sur les éléments capables de nous aider à nettoyer nos cœurs.

 

1er chapitre : la sincérité

Il y développe la définition même de la sincérité afin que les lecteurs ne partent pas dans tous les sens en ayant eux mêmes leur conception de la sincérité, qui peut parfois être erronée. De ce fait, nous partons tous sur une même compréhension qui va nous aider à assimiler d’une meilleure façon les enseignements dont il veut nous faire profiter.

Par la suite, il nous parle de la valeur de la sincérité, de cette qualité qui ne peut que nous éloigner des malheurs de ce bas monde.
Ce qui est très bien fait dans ce chapitre, c’est que petit à petit, tout en gardant le thème de la sincérité, il bifurque vers un autre sujet mais qui reste dans celui de la sincérité qu’est « l’intention ».

Comment ne pas parler du 1er degré de la sincérité qui est l’amélioration de l’intention.

Tout en restant dans le thème de la sincérité, et après y avoir ajouté une petite partie concernant l’intention, voici que se greffe à cela l’ostentation, ennemie numéro 1 de la sincérité. S’en suivent les différentes formes d’ostentation et les jugements d’une œuvre ostentatoire.

Ce premier chapitre se termine d’une façon extra, en mettant l’accent sur l’importance de faire de l’intention l’axe de notre vie.

 

2ème chapitre  : le repentir

Pareil que pour le 1er chapitre, une bonne définition du repentir suivi de versets, de hadiths concernant le repentir. Il développe par la suite les conditions du repentir et va même jusqu’à expliquer en détails les conditions comme par exemple : « Que signifie le regret ? »

Tout au long de son livre, il ne laisse aucune place à une interprétation personnelle que pourrait se faire le lecteur en ayant une définition erronée d’un mot, non, il nous explique constamment les termes utilisés pour une meilleure compréhension et croyez moi, cela nous facilite de beaucoup la lecture.

 

3ème chapitre : la confiance en Allah

Explication de ce que cela veut dire tout en mettant l’accent sur le fait que, la confiance en Allah, est un acte principalement accompli par le cœur, puis consacre une partie à la plus grande forme de la confiance en Allah.

Il corrige certaines idées reçues concernant la confiance en Allah qui circulent, malheureusement, chez beaucoup de musulmans qui consisteraient à croire que le fait de ne pas agir, mais uniquement espérer suffirait. Il donne pour exemple le cas d’un malade ou de celui qui ne travaille pas en disant tout simplement que l’invocation suffit à améliorer sa situation.

 

4ème chapitre : l’amour du serviteur pour Allah

Les degrés de l’amour d’Allah y sont mentionnés ainsi que beaucoup d’exemples et de récits des amoureux d’Allah. Il termine ce chapitre avec une partie des plus importantes, où en 8 points, il nous explique comment atteindre l’amour d’Allah.

 

5ème chapitre : l’amour d’Allah pour le serviteur

Comme il l’explique si bien, la majorité des livres qui traitent de l’amour d’Allah, font référence à l’amour des gens pour Allah, et que c’est le manque d’ouvrages concernant l’amour d’Allah pour ses serviteurs qui l’a poussé à nous en parler.

Point par point, il aborde les signes de cet amour d’Allah pour le serviteur, la protection ainsi que les bienfaits qu’Allah lui accorde lorsqu’Il a de l’amour pour lui.

Tout comme le chapitre précédent, il finit ici par des exemples de ceux qu’Allah aime.

 

6ème chapitre : la lutte contre les passions de l’âme

Définition de l’âme pour commencer, à partir de là, une partie exposant les différences entre les suggestions du diable et les inspirations de l’âme.

Je ne sais pas pour vous, mais je me souviens du nombre de fois où je me posais la question : « Si les diables sont enchaînés pendant le mois de Ramadane, pourquoi sommes-nous quand même aussi féroces ? »

Vous aurez la réponse après avoir lu cette partie qui traitera aussi de la façon de lutter contre les passions de l’âme.

 

7ème chapitre : chemin du paradis

Amr Khaled nous fait participer dans cette partie en nous poussant à nous imaginer le paradis ensemble. Il passe en revue les versets du coran ainsi que les hadiths, nous demande après chaque phrase d’imaginer. Il nous interpelle et nous parle.

Il n’ y a pas de bonheur absolu dans ce bas monde et pour cela, il nous pose comme preuve la vision d’Allah dans le paradis.
Chapitre où il aborde aussi les stations de purification.

 

8ème et dernier chapitre  : la crainte

Il commence d’emblée par cette phrase : Craignons-nous Allah ? et quel est le degré de notre crainte ?

A partir de cela, il énumère quelques actes qui nous permettront de voir où en sommes-nous dans notre crainte d’Allah, si nous le craignons vraiment, ainsi que des exemples de gens qui craignent Allah.

Il termine ce chapitre par une partie qui traitera du comment arriver à la crainte révérencielle d’Allah.

 

Me voici 8 chapitres après, conquise par un livre qui allait finir ses jours chez quelqu’un d’autre. Je ne vous l’ai pas dis plus haut, mais j’étais à deux doigts de l’offrir à mon tour, vous savez genre : « Tiens cadeau ! » avec le même sourire qu’on m’avait fait en me l’offrant.

Et bien sachez qu’aujourd’hui ce livre ne sort pas de chez moi, ou alors si il sort, j’adopte le même système qu’à la bibliothèque municipale : photocopie de la carte d’identité, adresse, date et heure de retour et surtout une menace qui accompagne le prêt histoire que les choses soient bien claires 🙂

Amr Khaled, que je ne connaissais que de vue via internet, est réellement à la hauteur de la réputation qu’on lui donne. Il attire les foules et je comprends mieux pourquoi après l’avoir lu.

Ce qui est vraiment paradoxal avec ce livre, c’est que nous, musulmans, avons conscience de la difficulté qu’est de purifier un cœur, nous savons que le chemin est long, pleins d’embuches et de chutes qui nous laissent parfois un long moment au sol, mais ce livre nous donne l’impression qu’il sera facile de le faire non pas parce qu’il minimise la difficulté, mais parce qu’il nous fait réaliser que c’est l’amour et la sincérité qui nous aidera à atteindre cet objectif.

 

L’amour d’Allah sans quoi rien n’est possible, l’envie de se rapprocher de Lui encore plus et de le satisfaire non pas parce que nous en sommes forcés, mais parce que ce cœur ne se révèle complètement comblé que lorsque nous l’évoquons Lui, voilà pourquoi ce cœur se doit d’être purifié, afin que nous puissions atteindre notre objectif pour une adoration des plus pures.
Quelqu’un avait dit : « Le silence vaut mieux que n’importe quelle avalanche de paroles » et bien à cet instant précis, il est temps que j’applique cette phrase car je pourrais continuer à vous parler de la beauté de ce livre, mais le mieux c’est que vous vous en fassiez une idée par vous-mêmes.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Notre avis personnel :

 Les – –

  • Il arrive que certaines phrases ne soient pas très bien formulées, mais rien de bien méchant.
  • La couverture / Le design

Les +++

  • Le format du livre fait qu’on peut le transporter facilement avec nous pour le lire en extérieur
  • L’auteur s’adresse au lecteur, il l’implique et le pousse à participer pendant sa lecture
  • Très facile à lire, ne demande aucune connaissance particulière