Quand on prend le métro à Paris, y a un constat alarmant qui se présente à nous : Pourquoi y a-t-il autant de gens bizarres ?

Je suis sûre que vous êtes, vous-même, en train de vous dire : « Mais oui dis donc ! C’est vrai qu’il n’y a que des gens bizarres dans le métro ».

Est-ce que c’est l’effet métro qui nous fait dire que toutes les personnes en face de nous sont potentiellement étranges et dangereuses ? ce qui implique que je le suis moi même, tout dépend de l’angle sous lequel on se place, ou alors est-ce que le métro est vraiment le squat des gens « spaces » et dans ce cas là, préservons nos vies, n’y allons plus pardi !

Mais y a aussi cette 3ème option qui me fait dire que dans le métro on se regarde tous, ce qui fait qu’on paraît forcément bizarre pour celui d’en face qui se dit : »Pourquoi elle me regarde ? Elle est bizarre en plus ! » et toi : « Pourquoi il me regarde ? Il est bizarre en plus ! ».

 

Puis c’est pas tout, dès que tu te fais griller, qu’est ce que tu fais ? Et bien instinctivement tu tournes ta tête rapidement et tu regardes la vitre, c’est un peu l’instinct de survie des transports en commun ça. Tourner la tête vers la vitre .

 

Là, tu respires, tu te sens soulagée pendant 3.5 secondes quand d’un coup, tu vois à travers le reflet obscur de la vitre, la tête de cette personne qui te regarde, et dans ton reflet à toi en plus ! Celui que tu t’étais approprié ! Cet espace de survie qui t’appartenait !

 

Au secours je veux descendre qu’ils se disent tous les deux.

 

Sachant que nous sommes des moutons bien dressés, que va-t-il se passer après cet épisode ? Devinez !! Et bien oui, les deux vont descendre à la même station qui, dans la majorité des cas se trouve être Gare du Nord. Ils vont marcher en stress en se disant : « Ohlalala !! obligé il me suit, il est descendu au même endroit que moi ! Je vais ralentir pour qu’il passe devant ».

 

Mais l’autre personne, qui est autant en stress que toi, elle se dit la même chose, elle se demande qui est cet être qui en veut à sa personne. Rebelote, nous voilà avec 2 paranos qui stressent de se faire suivre mutuellement et c’est comme ça qu’on se retrouve avec cette idée de :  » Y a que des gens bizarres dans le métro ». Comment trouvez-vous ma théorie ? Croyez moi j’ai planché dessus, c’est du sérieux!

 

Je vous donne donc un conseil : Quand vous avez une connaissance qui vous dit : « Tu sais quoi ? On m’a suivi dans le métro mais heureusement pour moi, ce personnage complètement flippant a changé de direction, il a dû voir du monde ça l’a fait fuir », souvenez vous de ce que je vous ai dit plus haut, y a pas de course poursuite dans le métro et tout le monde se fiche de notre petite existence, c’est juste qu’on s’ennuie tellement qu’on s’invente des fictions auxquelles on croit dur comme fer.

 

 

Cependant, le constat est triste depuis quelques années, la situation a bien changé à cause de la presse écrite gratuite (non non je n’ai pas oublié le sujet de la chronique :)). Depuis qu’elle est apparue, plus personne ne nous regarde bizarrement, y a plus de stress, plus de « je regarde la vitre pour ne pas que mon regard croise celui d’un dangereux criminel ».

 

Et oui, voilà ce que représente pour moi la presse gratuite en France. Je n’ai pas le discours d’une personne engagée en vous parlant de l’impact économique qu’un tel changement peut avoir dans cette société, ni des risques qu’elle va avoir sur le PIB ou les dangers de ce nouveau procédé sur l’éruption des volcans qui sont restés éteints depuis 100 ans, non, moi c’est juste la fin de la bizarrerie attitude dans le métro qui m’a marquée plus que tout.

 

Plus personne ne te fait peur, ils ont tous la tête dans leurs journaux. Même auprès des enfants t’es plus crédible ! Dès que tu le regardes pour essayer de lui faire tourner la tête vers la vitre et le regarder par le reflet pour qu’il se sente oppressé, il te regarde, lève son journal et te laisse en plan comme ça. T’apprends à te faire peur toute seule en fait.

 

C’est donc en tant que citoyenne qui s’intéresse à l’évolution des mentalités que je souhaiterais vous présenter ce livre qui traitera d’un phénomène qui a changé les habitudes de la population.
Là vous êtes en train de vous dire :  » Mais est-ce que le sujet l’intéresse pour des raisons économiques et sociales ou alors c’est parce qu’elle souhaite savoir si y a moyen de rétablir  » le cercle des gens bizarres disparus  » dans le métro ? »

Ma réponse : Hum… un peu des deux 🙂

 

L’auteur :

Anne Baret, diplômée de l’école supérieure de Commerce de la Rochelle, elle a fréquenté en diverses occasions le monde de la presse. Elle a coordonné une équipe d’étudiants dans le cadre du « concours de l’Express des Grandes Ecoles « . Ils ont obtenu le 3ème prix.

Elle a également eu une expérience significative dans un grand groupe de presse et signe ici le fruit d’une année de recherches et d’enquêtes sur la presse gratuite en France ainsi que son impact.

 

Le livre : L’impact de la presse gratuite : nouvelle donne économique et changement sociologique ? 

Ce livre va traiter, comme le titre l’indique, de l’impact de cette nouvelle presse en France. Il parlera de l’accueil qui lui a été fait par les lecteurs adeptes de journaux mais aussi, par leurs confrères de la presse payante.

Chapitre 1 : Panorama de la presse en France

Un premier chapitre important, mais aussi très intéressant, qui va nous énumérer tout ce qui se fait en matière de presse en France. Un secteur qui se montre très diversifié et étendu.
Nous aurons droit à un panorama des titres en crise actuellement ainsi que les chiffres de la distribution. Quelques pages sur les 3 plus grands éditeurs en France et s’en suivra tout ce qui concerne la presse gratuite.

 

Vous pensez, peut-être, que tout cela risque d’être des informations délicates à assimiler de par leur complexité et les chiffres qui risquent de succéder les uns aux autres ? Et bien pas du tout, beaucoup de tableaux viendront illustrer les pages pour une meilleure compréhension.

 

Ce chapitre se donne pour mission de nous faire comprendre le contexte, et la situation, de la presse payante avant l’arrivée de la presse gratuite.

 

Chapitre 2 : Impact de l’arrivée des gratuits sur le marché français des presses quotidiennes et magazines

Quel est l’impact de ce nouvel arrivant dans la presse française ? Que risque-t-il de chambouler ?
Est-ce que la presse payante fait bien de s’inquiéter ? Quel est le réel impact économique ? Est-ce que la presse gratuite concurrence-t-elle réellement la presse payante ?
C’est à cette multitude de questions que ce chapitre répondra sondages, tableaux et études à l’appui. Nous y apprendrons également, en tant que lecteurs, ce qui différencie la presse gratuite de la payante ?

 

Une autre partie traitera de l’impact sociologique de cette nouvelle forme de presse avec comme toujours, des études et des sondages qui nous feront part des motivations des lecteurs, de leurs habitudes ainsi que leurs choix de lecture.

 

La question qui se posera à la fin de ce chapitre concernera la crédibilité que peuvent avoir les gratuits, ainsi que leurs inconvénients. Des inconvénients qui peuvent parfois aller jusqu’à toucher à l’écologie. D’ailleurs, suite à un sondage, les personnes interrogées ont affirmé qu’au vu de la gratuité du journal : « on le jette plus facilement » mais en plus de ce problème, se pose la question de la propreté dans le métro.

 

Chapitre 3 : La presse gratuite : Vers un boulversement du marché de la presse ou simple effet de mode

 

Avant d’aborder les spécificités du marché et de voir si elles sont un frein ou non au développement de la presse gratuite, ce 3ème chapitre consacrera une grosse partie au groupe  » METRO  » qui, en moins de 10 ans, a conquis 18 pays.

Il sera présenté l’historique du groupe, détaillé avec des tableaux sur l’évolution de sa distribution dans le monde, puis son développement en France. Après la présentation du groupe principal de la presse gratuite, les habitudes des Français seront étudiées en détail.

 

Chapitre 4 : Les jeunes et la presse

 

Où en sont les jeunes face à la lecture ?

Un florilège de statistiques se penchera sur les types de lecture des 2 à 19 ans.

Ce dernier chapitre leur sera entièrement consacré.
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

 

Notre avis personnel :

A la suite de cette lecture, il restera très difficile de chiffrer l’impact économique de l’arrivée des gratuits malgré les différentes études auxquelles nous avons eu droit.
Sociologiquement parlant, je crois qu’on peut facilement dire que cette nouvelle forme de presse n’a pas spécialement chamboulé ou influencé les habitudes de la population, mais là où nous pouvons féliciter la presse gratuite, c’est qu’elle a su distraire les gens durant leurs trajets et s’est imposée en s’intéressant à un moment libre et vide propice à la lecture. Quoi de mieux que les transports en commun !!

Pour ma part, j’ai trouvé le livre intéressant. Jusqu’à présent, je n’avais rien lu concernant ce sujet.

Il nous permet à nous, lecteurs, d’en apprendre un peu plus sur nos habitudes et sur l’impact que cette nouvelle forme de presse a eu dans notre façon de nous intéresser à l’actualité. Est-ce que, nous aussi, nous l’avons adoptée ne serait-ce que par ennui ? Sommes-nous plus adeptes d’une lecture rapide, sans trop de détails, de ce qui peut se passer dans le monde comme le propose la presse gratuite ? Et concernant les nouvelles générations, est-ce que le fait d’avoir si peu d’informations sur un sujet ne les poussera pas à fuir les lectures un peu plus complètes voire sérieuses ?

Les – – :

  • Le prix, peut être cher pour certaines bourses
  • Il arrive qu’on puisse souhaiter un peu moins de statistiques, moins de sondages et un peu plus de contenu, même s’ils sont, dans la majorité des cas, très intéressants. C’est juste qu’ils peuvent parfois prendre beaucoup de place.

Les +++ : 

  • Tout public.
  • Très facile à lire, même si je pensais le contraire au départ
  • Des tableaux comparatifs qui sont d’une grande aide pour comprendre plus rapidement


Ce livre vous intéresse, aidez-nous en l’achetant chez Amazon :