« Ne t’a-t-on pas informé que le Coran est un Océan (bahr muhit) d’où provient la Science des premiers et des derniers, tout comme les grands fleuves et les rivières procèdent de la mer ?

Pourquoi n’envies-tu pas ceux qui ont plongé dans l’écume copieuse (ghamra) de ses flots et ont conquis le « souffre rouge » (al kibrit al ahmar), le rubis (al yaqut al ahmar), la gemme étincelante (al durr al azhar) et la topaze verte (al zabarjad al akhdar) ; qui explorent ses rivages et cueillent l’ambre grise (al anbar al ashhab), l’aloès fleuri et parfumé (al ‘ud al ratb al andar) ; qui débarquent sur ses îles, extraient des animaux qui y vivent le plus puissant antidote, et cueillent le musc le plus parfumé ?

Je te guiderais alors, en raison de la fraternité qui nous lie et de mon espoir en la bénédiction et l’influence de tes prières, sur leur voie et je t’apprendrais à plonger et à nager dans cet Océan. »

J’ai choisi cet extrait qui nous met littéralement l’eau à la bouche et nous incite au voyage, pour vous embarquer dans le livre que j’aimerais vous présenter aujourd’hui…

L’auteur :

L’imam Abu Hamid Al Ghazali, grand théologien de l’Islam, mais aussi conseiller du calife de Bagdad puis théoricien du droit, il fut l’un des personnages les plus brillants dans le monde musulman, et ce, grâce aux trésors inépuisables de la littérature Islamique qu’il laissa.
Nommé « La preuve de l’islam », l’influence d’Al Ghazali était profonde et éternelle. Il est devenu un étendard de l’Islam.

Le livre : Les Joyaux du Coran et ses perles

Bien que comme toujours, certains chapitres se démarquent, j’ai choisi cette fois de ne pas vous en détailler chaque élément, car l’important ici à mon sens est l’impression globale que nous laisse ce livre…On ne traverse pas ce livre en spectateur…

Il faut mettre à l’honneur la grande qualité de l’Imam Al Ghazali, qui dès les premières lignes nous laisse pantois, et nous fraie peu à peu un chemin vers notre cœur. Il agit comme un thérapeute et vient nous chercher là où on est, pour nous forcer sans jugement, avec tantôt de la douceur et tantôt de la dureté bienveillante, à méditer sur ce livre ô combien Sacré, qu’est la Parole Divine.

L’auteur nous plonge dans son univers, d’une manière assez intime, pour en explorer les contours et en percer les secrets. Il éveille peu à peu nos sens sur l’essence même du Coran et ses finalités spirituelles, dans notre quête du Divin. Il nous invite à connecter chaque verset au nom de la sourate dont il est extrait, à prendre conscience que rien n’est laissé au hasard par Allah : chaque verset, chaque sourate du Coran a effectivement son poids, chaque élément est central. Et à réaliser que certains versets et sourates, de par leurs valeurs et caractéristiques spéciales, ont une prépondérance « légitime » sur les autres.

Mais surtout il nous invite à plonger notre regard dans le Coran avec l’œil du cœur, car « le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ». Et à en distinguer différents niveaux de lecture, lesquels vont aboutir à différentes compréhensions, différents niveaux de discernement.

Le premier, le niveau extérieur qui est à la portée de tous, est le sens apparent, dont la majorité d’entre nous se contente. Le lecteur qui s’arrête à ce niveau, est bien loin d’appréhender toute la beauté et profondeur du Saint Coran. L’impact sur lui n’en sera que superficiel, il sera privé de la vivacité du souffle du Coran, car celui-ci ne fera qu’effleurer son être.

Viennent alors les niveaux intérieurs, qui ne peuvent être accessibles que par la voie du cœur, de la purification, et par la Volonté et la Grâce d’Allah, qui dévoile Ses secrets et mystères à qui Il veut d’entre Ses serviteurs sincères. Le lecteur de l’intérieur, devient quant à lui, une autre personne. Lorsqu’il se connecte à l’âme du Coran et que la Parole d’Allah prend place dans son être et son sang, et circule dans ses veines, elle l’arrache peu à peu de son état de perdition, de faiblesse. Elle l’éclaire par Sa Lumière pour l’amener à celui de la vie. Il devient alors un être meilleur, une lanterne éclairante pour lui-même et la société qui l’entoure.

La terminologie alchimiste utilisée dans ce livre – qui fait d’ailleurs penser à l’Alchimiste de Paulo Coelho J –  la force des mots employés, sont particulièrement marquantes et ne peuvent nous laisser indifférents. En témoignent ces passages :

« Ce qui est entendu ici est la « connaissance de Dieu » (exalté soit-Il) et c’est cela le « Souffre rouge. » Cette connaissance comprend : la connaissance de l’Essence de Dieu (magnifié et exalté soit-Il), celle de Ses Attributs et enfin celle de Ses Actions » (Page 27)

 « Sache que le « Souffre rouge » représente pour les créatures du monde sensible l’alchimie par laquelle on transforme les substances viles en substances précieuses. Comme la transformation de la pierre en corindon et du cuivre en or pur. » (Page 71)

Elles font apparaître une myriade d’étoiles précieuses qu’on ne soupçonnerait pas au premier abord, lorsque le regard du cœur n’est pas encore posé sur le Coran. Une terminologie qui témoigne aussi du caractère exceptionnel et profondément beau du Texte Sacré. Et qui nous laisse entrevoir un chemin de purification à travers le Coran, et d’éclaircissement de la vue et du cœur par l’Eau de Sa Parole, de la Lumière divine. Le cœur se remplit de lumière, au fil des versets, en évacuant l’obscurité.

Quand on achève ce livre d’Al Ghazali, pour sûr, on ne voit plus le Coran de la même manière…


Notre avis personnel :

Les – : 

  • Il faut s’accrocher, car le livre sévit par moments, il n’est pas là pour flatter nos égos lol
  • C’est un livre qui se lit lentement pour en saisir et méditer les sens profonds

Les +++++ :

  • Il nous emporte dans un voyage qui ne nous laissera pas inchangé
  • Il nous réconcilie avec le Coran, et nous aide à nouer un contact plus permanent et plus profond avec la Parole Divine
  • Une lecture idéale pour se mettre dans le bain avant l’arrivée prochaine du projet du Coran sur Autourdelislam 🙂

Si ce livre vous tente, aidez nous en l’achetant ICI sur Amazon :