« Je suis très pressée, je n’ai ni le temps de vous parler, ni le temps de vous présenter convenablement ce livre donc pour faire vite, je dirais que c’est un bon livre que vous devez absolument lire. Merci de m’avoir lue et à très vite… ».

Qu’est ce que vous préférez ? que je prenne tout mon temps pour aborder le sujet du livre, ou alors que je l’expédie en deux, quatre, six comme dans l’exemple ci-dessus ?
On est d’accord, si je devais faire une chronique en deux phrases, je pense que vous iriez courir sur un forum pour ouvrir un topic « Autourdulivre, un site pas sérieux, arnaque ! »
Ne faites pas ceux qui ne se sentent pas visés, on n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace ;).

Et puis entre nous, vous pensiez vraiment que je pouvais agir de la sorte ? Réfléchissez 5 minutes et retournez à une des chroniques où j’expliquais les coulisses du site. Admettons que je veuille présenter un livre en 2 phrases, est-ce que vous pensez que le boss me dira : « Je valide » ?

J’ai conscience que la probabilité pour que je puisse être repérée par CNN pour faire des chroniques à l’américaine, avec cascades, effets spéciaux et dinosaures qui attaquent la ville est quasi nulle, mais si ça devait arriver, il faut au moins que je fasse du bon taff ici, et je ne vous cache pas qu’avec les exigences du  » je valide  » c’est pas demain la veille.

D’ailleurs ce verbe m’a traumatisée je vous assure. Par exemple dans le bus quand y a écrit « Validez votre titre de transport » je bégaie : « Hein quoi la chronique ? Quand, aujourd’hui ? Pas valide ? Valide ? » Tout s’efface autour de moi et il n’y a que ce mot qui me saute aux yeux ! Traumatisme je vous dis.

Enfin bref, où est-ce que j’en étais ? Ah oui, j’essayais en vain de choisir une jolie façon de vous introduire le sujet, mais en vrai, c’est là que les choses semi-sérieuses vont commencer.

Vous par exemple, dans la vie vous êtes plutôt speed ou 2 de tension ?

Vous êtes du genre à courir quand vous entendez le signal du métro quitte à perdre vos doigts comme le lapin rose qu’on voit sur l’image à côté des portes qui nous dit :

Vous le connaissez tous lui, c’est obligé (je parle des parisiens, même s’il doit y avoir son équivalent ailleurs :)), même qu’avec sa combinaison jaune, on pourrait presque croire qu’il sort de taule. En plus, il tape le tutoiement direct, sans pitié le lapin.

Ou alors vous êtes plutôt du genre fonctionnaire ?

Si des fonctionnaires viennent à lire ce que je viens d’écrire, je vous demande, s’il vous plaît, de ne pas penser à vous mettre en grève juste à cause de cette, toute petite, remarque désobligeante qui souligne la lenteur à laquelle vous accomplissez vos tâches.
Mais d’un côté, je vous remercie, car sans vous, ma chronique n’aurait jamais pu prendre cette tournure.
Ce livre ne s’est peut-être pas inspiré de vous, mais il aidera sûrement les lecteurs à se mettre en situation en prenant exemple sur vous, et ce n’est pas rien croyez moi !

C’est votre heure de gloire ! Autourdulivre va vous rendre fiers de cette réputation d’escargots qui vous colle à la peau, vous êtes nos stars aujourd’hui.

Bon allez, je présente le livre avant que les choses ne dégénèrent, car mon imagination débordante me joue parfois des tours, et en ce moment même, elle me fait imaginer un scénario dans lequel je serais citée à comparaître pour insolence, j’arrive même à m’imaginer au tribunal, avec bloc note et stylo, pour vous chroniquer le code pénal ;).

Comme vous l’aurez peut-être compris, le livre en question nous apprendra à ralentir quand tout nous pousse à aller vite dans la vie de tous les jours.

Livre que je dédicace à tous les fonctionnaires qui ont facilité ma chronique, et comme dirait l’autre : « Il ne faut jamais aller plus vite que sa vitesse », ce que, je crois, vous avez suivi à la lettre. Big up à vous.

Les auteurs :

Stéphane Szerman, philosophe et psychothérapeute comportementaliste spécialisé dans la gestion du stress et des traumatismes psychologiques.
Isabelle Gravillon est journaliste et coauteur de plusieurs ouvrages aux éditions Milan et Albin Michel.

Le livre : L’art de la lenteur : Comment partir à la reconquête de son temps ?

Chapitre 1 : Pourquoi la machine s’est-elle emballée

Qu’est ce qui a fait qu’au fil des siècles, le moindre temps vide fasse place à un besoin, immédiat, de le combler au risque de se voir sombrer dans l’ennui et la solitude.
Prendre son temps n’est plus quelque chose d’acceptable dans cette société où la technologie nous apporte tout de façon instantanée.
Même les récoltes trop précoces nous imposent fruits et légumes encore verts, les animaux sont gavés à coup d’hormones pour les faire grandir et grossir trop vite sans laisser les choses se faire naturellement.

Chapitre 2 : Et si on prenait le temps 

On découvre que de plus en plus d’initiatives sont prises dans le monde pour booster un retour au calme, comme en Italie, où plus de 80 municipalités ont opté pour un retour au ralentissement, et ce, en signant une charte s’engageant à promouvoir un rythme de vie plus lent. Le toujours « plus » ne peut pas conduire au bien être, voilà pourquoi de plus en plus de personnes se soulèvent contre ce mode de vie.

Chapitre 3 : Et vous, où en êtes-vous ?

Mieux comprendre le rapport que nous entretenons avec le temps est primordial pour envisager quelques changements dans nos vies.
Ce chapitre va proposer un auto-diagnostic à l’aide d’un test, qui établira votre profil, les conséquences sur votre vie et de votre façon de gérer le temps.

Chapitre 4 : Du temps pour quoi faire ?

Vouloir reconquérir son temps est une chose, mais une fois cette décision prise, que feriez vous de ces heures et journées regagnées ? Mettre un projet en place ainsi qu’un emploi du temps.

Ce changement suscitera beaucoup de questions en vous, comme par exemple : Ai-je vraiment envie de vivre autrement ? Vais-je supporter de gagner moins d’argent et d’avoir une voiture plus petite si je travaille moins ?

Chapitre 5 : Les voleurs de temps

Vous découvrirez dans ce chapitre qui sont les voleurs de temps.
Chassez les éléments perturbateurs qui grignotent inutilement votre temps.

Chapitre 6 : Ralentir le temps au travail

Gagner quelques minutes quotidiennes afin de ne plus avoir cette pression permanente qui nous pousse à travailler dans l’urgence. Il faut plutôt apprendre à travailler à son rythme personnel.

Ce chapitre vous aidera à :

  • Apprendre à vous relaxer
  • Hiérarchiser les tâches
  • Déléguer
  • Adopter son programme à ses capacités, ainsi que d’autres conseils

Chapitre 7 : Ralentir le temps à la maison

Ce chapitre, bien qu’il ne soit pas exclusivement réservé aux femmes, les concernent en priorité.
Il leur apportera quelques idées pour mettre époux et enfants à contribution pour certaines tâches domestiques, en mettant en place plusieurs étapes :

  • Le mini conseil de famille qui en plus, permettra de rallier les troupes et de communiquer
  • Utiliser les méthodes de management.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Notre avis personnel :

Ce livre permettra aux personnes stressées dont le rythme de vie, parfois trop intense, les rend vulnérables au surmenage, de s’échapper de temps en temps non pas pour perdre leur temps inutilement, mais pour pouvoir renouer avec le plaisir de se poser et de savourer un moment tel que lire un livre, prendre son vélo ou rester 10 minutes de plus à table en famille.
Les bénéfices qui découleront de ces petits rien donneront l’envie de gratter quelques minutes de plus, pour au final, ne plus pouvoir se passer de ces moments de repos du corps et de l’esprit.

Les – :

  • Je l’ai trouvé trop court, c’est bien dommage

Les ++ :

  • Agréable à lire, simple
  • Tout public

Ce livre vous intéresse, aidez-nous en l’achetant chez Amazon :